08 février 2007

Mise en scène

Mise en scène par Georges M'Boussi

"Sur la Braise" de Henri Djombo

Le spectacle « Sur la Braise » est pour moi un acte de dépossession. Un acte de désenvoûtement d’un jeune cadre, Niamo, victime d’un cannibalisme bureaucratique et familiale, et il marche sur un chemin pleins de braises chaudes.  Ses pieds ne portent aucune trace physique. Sur son chemin, il rencontre des obstacles et des dangers, dont il se sert comme expériences. Il ne cherche pas à détruire mais à construire tout ce qui est autour de lui.

Dans cet univers de violence gratuite, le corps physique prend un coup, mais Niamo s’appui sur son corps intérieur, sur ses convictions pour avancer. Dans cette saga, il exécute le rite de la sagaie. Symbole de la force virile et de la participation au groupe. Il est pris par un tourbillon des vents de Septembre. L’air est chaud. Il bondit et trépigne avec les dieux. Un théâtre qui va à la rencontre de l’invisible par des sons de sifflets, des sons de tambours et des coups d’aiguillon dans son corps du possédé. Ses yeux se révulsent sous un masque rouge. Les muscles du corps font éclater sa chair.

De temps en temps, Niamo s’arrête de jouer. Marque le pas. Des voix, des sanglots sortent de son corps et peu après deviennent des hurlements inhumains. Autour de lui le groupe, le chœur des habitants rythme la vie. Plus vite. Plus fort. Les sifflets vrillent, plus aigus. Les yeux se dilatent. Le visage se couvre de sueur. Alors, au paroxysme de l’extase et de la fureur, le masque, le fétiche de la guérison fait son entrée. Le fétiche est recouvert d’un bois rare et de raphia. Le rouge et le blanc sont les couleurs de son tissus qui descend jusqu’au sol. Signes des deux mondes parallèles. Le fétiche oscille et vient s’immobiliser devant lui. Et Niamo dans une agonie foudroyante, s’abat sur le sol. Se raidit. Se cambre. Secoué par un courant électrique. Dans cette agonie Niamo sort de là vainqueur. Il pivote la tête. Tente de se soulever. Ouvre les yeux. Immobile, dans un râle voluptueux, il est guéri par l’acte théâtrale. Les tambours, les sifflets et les mains se taisent. Le chœur le ranime. Essuie sa bave. Ramène pudiquement le pagne qui découvre son sexe. Un silence oppressant succède à cet acte dionysiaque. La lune lance ses reflets sur les corps des acteurs.

« Sur la braise », un théâtre de vérité.

"Sur la barise", un théâtre de possession où le corps reste le véhicule du sacré.

« Sur la braise », un théâtre où deux mondes marchent en parallèle. Le monde du jour et le monde de la nuit. Le monde de Songui-Songui et le monde de Niamo.

Georges M'Boussi

Posté par zengazenga à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 février 2007

"Sur la braise" de Henri Djombo

CREATION THEATRALE

« SUR LA BRAISE »

deDjombo
Henri DJOMBO

INTRODUCTION

« Sur la Braise ».

Ce premier roman de l’écrivain Congolais Henri DJOMBO,

nous interpelle tous, car il évoque un changement de mentalité.

Un changement, prélude aux autres formes de changements, est d’abord fruit de notre travail individuel, pour un jour devenir fruit d’un travail collectif par association et harmonisation.

Voilà pourquoi nous avons pensé l’adapter au théâtre : pour qu’il soit joué en spectacle vivant sur le plan national et international ; que ce texte de théâtre soit un instrument dans les mains des metteurs en scène.

RESUME DE L’ŒUVRE

« Un jeune cadre, frais émoulu de l'institut des sciences économiques de Bocaville, la capitale du Boniko, est victime du cannibalisme bureaucratique alors qu'il fait ses premiers pas dans l'administration de son pays. Débarqué de son poste de chef d'entreprise, il s'enfonce dans un univers tissé de passions de toutes sortes, de violence gratuite, mais aussi de plaisirs fous et de joies éphémères. "Sur la braise" retrace son itinéraire dans un style où l'humour et la dérision font bon ménage… »

Ce texte apparaît a la fois comme un cri de révolte et une parole d'espoir. Révolte contre les tares et les blessures qui gangrènent la société et la condamne à la dérive: la violence aveugle, la gabegie, la concussion, l'arbitraire, l'égoïsme cynique. Espoir, tout de même, en la jeunesse - incarnée par Joseph NIAMO, le héros - qui combat pour la survie et le triomphe des valeurs sociales et morales menacées d'érosion. "Sur la braise" est un livre dense, passionné et passionnant, où à chaque page, la fiction intègre une expérience profonde de l'humain.

PRESENTATION DU PROJET

Ce projet de création théâtrale internationale sur l’œuvre de l’écrivain Congolais Henri DJOMBO est un projet Franco – Congolais, qui réunit un metteur en scène venant de France et des comédiens professionnels Congolais.

1. CREATION THEATRALE

La création se fera à Brazzaville au Centre de Formation et de Recherche en Art Dramatique (CFRAD). Elle sera suivie des tournées sous régionales et internationales.

2. LES ETAPES DE LA CREATION :

–Décembre 2006 : début de la création, début étape I

–Janvier 2007 : Travail de table

–Février 2007 : mise en scène du spectacle

–Fin février 2007: grande première du spectacle au CCF, au CFRAD

–Avril 2007 : tournée nationale et événement

–Juillet-Août-Septembre 2007 : Tournée internationale

3. LES TOURNEES NATIONALES ET INTERNATIONALES

Après la création, une tournée nationale est prévue. Des événements culturels visant à rendre hommage à l’écrivain et à son œuvre seront organisés. A cet effet, des expositions des œuvres (et ventes possibles), des conférences débats interactives, des témoignages, des lectures (avec mise en espace ou non)… sont envisagés. Ce travail se poursuivra à travers les festivals africains, puis en Europe… En France des activités seront réalisées en 2007. Des rendez-vous sont déjà pris, notamment dans des salles pour spectacles vivants comme :

–Théâtre du Lavoir Moderne Parisien  –Festival d’Avignon  –Théâtre du Tiroir Laval -MPT Monplaisir Angers

Une tournée dans les pays de la Loire, est aussi envisagée. Et une autre en Roumanie est possible. Cela grâce au succès obtenu par la Compagnie Zenga Zenga Théâtre lors de sa tournée en Avril 2006 dans ce pays…

4. LE METTEUR EN SCENE

GEORGES M’BOUSSI : Directeur artistique de la Compagnie ZENGA ZENGA THEATRE (association loi  1901, s’est donnée pour vocation de promouvoir l’expression artistique à travers le théâtre et des animations socioculturelles).

Prix du Jury du spectacle « L’Etat Honteux » de Sony Labou Tansi, Bacau 06, Roumanie. Depuis une vingtaine d’années Georges M’Boussi a eu le privilège de travailler auprès des plus prestigieux maîtres de théâtre : Sony Labou Tansi pour le Congo et Daniel Mesguich pour la France, pour ne citer qu’eux.

5. L’ADAPTATEUR

JEAN MARC POATY : Directeur de la compagnie CULTUR’ART TIÈSÈSE. Il a obtenu en 2003, le prix TCHIKOUNDA de meilleur acteur au Kouilou, décerné par la Direction Départementale de la Culture et des Arts au Kouilou (Ministère de la Culture) Depuis quelques années son travail d’écriture est florissant. Il a ainsi adapté au théatre des auteurs Congolais comme Jean Baptiste TATI LOUTARD, Aimée MAMBOU NGNAL, Henri LOPES, Henri DJOMBO

6. LES ACTEURS

•Adolphine MILANDOU •Guilène MAHOUNGOU. Bernadette BAYONNE •Céline MOUNDZE •Paul MILONGO .Alphonse MAFOUA •Jean Marc POATY Marcelin

7. LE DECOR

•Joseph Désiré MATOUDIDI •Clément MOUNTISSA

8. LE COSTUME

•Alvy BITEMO

Posté par zengazenga à 00:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]