affiche_sur_la_braise3Théâtre

Sur la Braise adapté du roman de Henri Djombo. 

Mise en scène Georges M’BOUSSI

le 6/03 (à 18h30), les 7 et 8/03 (à 20h30) et le 9 mars (à 16h30).

THEATRE JEAN MACE

8, rue Jean Macé

53000 LAVAL

                           Réservations : 02 43 91 15 66

8, rue Jean Macé - 53000 LAVAL8, rue Jean Macé - 53000 LAVAL n Macé

le 11/03 (à 20h30).

THEATRE PHILIPPE NOIRET

49700 DOUE-LA-FONTAINE

Réservations : 02 41 59 20 49

La troupe est composée de 10 artistes-interprètes originaires de Brazzaville / République du Congo.

Un théâtre de vérité…

Niamo, un jeune cadre frais, sortis de l'institut des sciences économiques de Bocaville, la capitale du Boniko, est victime d’un cannibalisme bureaucratique alors qu'il fait ses premiers pas dans l'administration de son pays.  Détourné de son poste de chef d'entreprise, il s'enfonce dans un univers tissé de passions de toutes sortes, de violence gratuite, mais aussi de plaisirs fous et de joies éphémères.

Ce jeune cadre prônant la justice, le savoir-faire au sein de son entreprise est chassé de son poste à cause de sa rigueur.

« Sur la braise », un théâtre de vérité…

« Sur la braise », un théâtre où le corps reste le véhicule du sacré…

« Sur la braise », un théâtre de deux mondes qui marchent en parallèle. Le monde du jour et le monde de la nuit. Le monde de Songui-Songui et le monde de Niamo.

Un théâtre où le corps reste le véhicule du sacré…

Des voix, des sanglots sortent du corps de Niamo qui deviennent des hurlements inhumains. Autour de lui les gens, les ragots, c'est à dire le chœur des habitants de Bocaville rythment la vie. Plus vite. Plus fort. Et dans l'aire de jeu, Niamo exécute. Pour s’en sortir il s’appuie sur le rite de la sagaie. Symbole de la force virile et de la participation au groupe. Les ragots vrillent et les yeux de Niamo se dilatent. Son visage se couvre de sueur. Au paroxysme de la fureur, dans une agonie foudroyante, Niamo s'abat sur le sol. Se raidit. Se cambre. Secouée. La mère de Niamo évoque les ancêtres et le ciel répond par sa présence nébuleuse qui se répand sur Niamo. Dans cette agonie rythmée par les ragots Niamo sort de là vainqueur. Il pivote la tête. Ouvre les yeux. Tente de se relever. Immobile, dans un râle voluptueux, il est guéri par l'acte théâtral. Sa mère le ranime. Essuie sa bave. Ramène pudiquement le pagne qui découvre son sexe. Les ragots se taisent. Un silence oppressant succède à cet acte dionysiaque. La lune lance ses reflets sur les êtres.