DÉCÈS DE L’HUMORISTE DAH BADOU
Le parcours atypique d’un maître du rire

Photo17

L'un des plus grands humoristes du Bénin s'est éteint

Le monde artistique et culturel du Bénin est éploré. Depuis le 03 octobre dernier, l’artiste comédien et animateur de radio, Ange- Marie Hugues Badou alias dah Badou a tiré sa révérence des suites d’une courte maladie, laissant ainsi, ses parents, ses pairs, ses fans dans la consternation totale.


  « Son rire faisait rire… » Se rappelle une jeune femme émue par la nouvelle de la mort du comédien Dah Badou. Comme cette femme, personne n’est indifférent à la mort de ce visage qui a su parfaire l’art du rire pour se moquer de lui-même et de nos travers. Beaucoup ne le savaient pas malade mais, le comédien était resté plusieurs jours alité pour cause de maladie. Malheureusement, malgré la vigilance et le professionnalisme du personnel soignant de la clinique Boni, l’artiste a succombé à son malaise.

   Un personnage atypique

   Homme de scène, Dah Badou ne se faisait pas prier pour arracher un sourire ou susciter l’hilarité autour de lui. Son gros ventre exhibé à merveille pour faire rire, l'écartement de ses dents de devant constituait un atout irrésistible dans le physique de l’humoriste et dans son expression artistique. «Il est difficile de lui résister. Rien qu’à le regarder, on ne pouvait pas s’empêcher d’éclater de rire » déclare, Hippolyte, un de ses fans. Faire rire et sensibiliser les populations béninoises avec la satire et la blague les chansons populaires sur les ondes de radio étaient devenues la raison de vivre de ce personnage hors du commun. Sur scène, il ne tarit pas non plus d’inspirations pour tenir en haleine le public. Révélé dans les spots télévisés avec son ventre proéminent brandi par dérision, Ange Marie Badou alias Dah Badou a opéré une mutation de son art pour se trouver des talents de réalisateur de film. Il a à son actif plusieurs productions de fou rire et de satire sociale. Danseur et chorégraphe, il active aussi son génie dans la géomancie et joue souvent le rôle de devin dans nombre de productions. Il a participé à plusieurs festivals de théâtre et d’humour tant en Afrique qu’en Europe. Avec des centaines de spots publicitaires à son actif, Dah Badou a fait valoir son talent dans plusieurs pays.

   Décédé à 42 ans, Dah Badou a connu un parcours atypique. Après ses études, il a opté pour le métier de jardinier. Mais déjà, il se découvrait des talents de comédien, car son sens de l’humour était l’un de ses meilleurs atouts pour s’attirer la clientèle. Plus tard, il décide de professionnaliser son art, c’est ainsi que le Complexe Artistique Culturel Kpanlingan lui ouvre ses portes en 1996. Pendant douze ans il demeurera le maître chorégraphe de cette formation artistique. En novembre 1996, la pièce «L’île des Esclaves» de Marivaux mise en scène par les Béninois, Antoine Dadélé et Théophile Ayihouzonon le révèle au festival du Niger à Maradi. En 1997 il entreprend une tournée internationale avec le Ballet folklorique d’Haïti avec comme metteur en scène, l’haïtienne, Nicole Lumarque. En Mai 1998 c’est le festival d’ Antony en France qui l’accueille avec la Compagnie «Impala Pala» du metteur en scène congolais Georges M’bousi qui a mis en scène un texte de Florent Couao Zoti. En Février 2003, Février 2005 et Mars 2007, Dah Badou est resté fidèle au Festival International du Théâtre du Bénin (Fitheb), par sa participation en qualité de comédien dans des mises en scène respectives de Tola Koukoui, Antoine Dadelé, Alougbine Dine, Lazare Houetin. En Juillet 1999 l’illustre comédien béninois est admis au festival International de Limoges (France) avec la Pièce «Errance» de la Belge, Anita Fan Bel. L’année suivante, on le rencontre au Festival International d’Avignon toujours en France. Interpellé par l’indiscipline de ses concitoyens, il sort en mai 2007, un feuilleton intitulé, «Trop de Désordre », une satire sociale en cinq volumes. Toujours dans le même esprit, il réalise en Juin 2008 le film «Le choix du Peuple», une satire politique, un long métrage de 2h2Omn. Son dernier film « Mon Beau, belle Mère » est un long métrage de 1h45mn. Comédien publiciste, très sollicité, Dah Badou a également participé à la réalisation de plusieurs films avec les acteurs béninois. Actuellement directeur de la Compagnie «BK» composée de comédiens Publicistes, il foisonne de projets pour un avenir radieux du secteur artistique au Bénin. Malheureusement, la mort ne lui a pas laissé plus de temps…

Auteur(s) / source : Franck Raoul PEDRO